Le lobbying intensif du Maroc sur le Sahara Occidental à l’égard de l’Union Européenne subit un “NEIN”

Fort de son succès auprès de Trump avec la reconnaissance américaine de la souveraineté marocaine sur le Sahara Occidental, Mohammed 6 s’est lancé à l’assaut de l’Europe afin de confirmer son occupation du territoire. Mais les menaces marocaines sur l’immigration ou encore la lutte contre le terrorisme ont provoqué une réaction allemande qui met le Maroc dans l’embarras.

Les pressions marocaines sur l’Union Européenne

Depuis plusieurs années avec l’aide discrète de la France, le Maroc a tenté à plusieurs reprises de rapprocher les instances européennes sur le principe de la souveraineté marocaine au Sahara Occidental à travers son projet d’autonomie. Les résultats de ce lobbying ont été un grand échec car l’Union européenne n’a jamais modifié sa position sur la résolution de la crise au Sahara Occidental qui est celle d’une solution négociée à travers le principe d’autodétermination. La cour de justice de l’Union européenne dans deux avis juridiques en 2016 et 2018 a confirmé que le Sahara Occidental n’était pas un territoire sous souveraineté marocaine provoquant une crise politique entre Bruxelles et Rabat. Le Maroc a l’habitude de provoquer l’envoi de migrants dans les villes espagnoles de Ceuta et Melilla pour exprimer sa colère. Cependant, les choses ont fortement évolué depuis.

Grâce à Donald Trump, la diplomatie marocaine se sentant plus forte décide d’annuler sur le champ la visite du Premier ministre espagnol, Pedro Sanchez arguant d’une indisponibilité médicale du souverain marocain. Le 21 décembre, le Premier ministre marocain, El Othmani en mission pour le Makhzen déclare que Ceuta et Melilla sont des “territoires marocains sous occupation espagnole”. Rabat veut faire comprendre aux 27 que les règles changent et que le Maroc va dicter ses choix. L’Espagne, ancien colonisateur du Sahara Occidental où une grande partie de son opinion soutien la cause sahraouie tente actuellement de négocier avec l’administration Biden pour une abrogation de la reconnaissance américaine. La réponse marocaine est immédiate.  Depuis plusieurs semaines, de nombreux observateurs espagnols assistent à une explosion du nombre de migrants illégaux qui tentent d’entrer dans les territoires espagnols comme à Melilla et Ceuta mais également et fait rare depuis le Sahara Occidental sous occupation de l’armée marocaine.

La coupure des contacts du Maroc à l’égard de l’Allemagne, symbole de la panique marocaine sur le retour de Berlin dans le dossier sahraoui

Nacer Bourita, puissant ministre des affaires étrangères fait fuiter dans la presse marocaine, un communiqué de texte très vague expliquant la fin de tout contact avec l’Allemagne au sujet des “questions fondamentales du Maroc”.

La surprenante réaction marocaine à l’égard de l’Allemagne cache en fait une panique du royaume sur la position allemande concernant le dossier du Sahara Occidental mais également sur les informations du renseignement allemand à l’égard des activités marocaines sur l’immigration et le terrorisme.

Depuis plusieurs mois, la diplomatie allemande s’active sur le dossier sahraoui en rappelant que toute solution dans la crise au Sahara Occidental doit se régler à travers le principe de l’autodétermination. Lors de la reconnaissance de Trump, l’Allemagne avait même convoqué le conseil de sécurité en urgence pour rappeler que cette reconnaissance ne peut remettre en cause les négociations de l’ONU.

Cependant, le Maroc craint aussi les services de renseignements allemands qui d’après plusieurs sources auraient depuis le Maroc découvert des preuves de l’implication marocaine dans le chantage à l’immigration illégale que subit l’Europe à travers l’Espagne. Rabat sait que Berlin est au courant également des liens directs entre le renseignement marocain et le terrorisme. Lors de l’attentat de Berlin, le 19 décembre 2016, le terroriste avait eu comme complice, un agent du renseignement marocain qui a pu être exfiltré à temps avant que la presse allemande puisse faire la révélation:

https://www.focus.de/politik/deutschland/anschlag-auf-berliner-weihnachtsmarkt-regierung-schob-amri-vertrauten-ab-um-dessen-verwicklung-in-attentat-zu-vertuschen_id_10358283.html (source en allemand)

L’Allemagne qui est le leader de l’Europe n’a pas cédé aux caprices du roi marocain, bien au contraire. Elle a convoqué l’ambassadrice du Maroc à Berlin, rappelé sa position sur le conflit du Sahara Occidental basé sur le principe de l’autodétermination et au passage suspend tous les visas aux marocains désirant se rendre en Allemagne. Il semblerait que les allemands soient moins sensibles au plaisir de la chair à Marrakech comme c’est le cas des voisins français…

Hussein Le Flamand